L’éco-citoyenneté domestique

Une « maison propre » ou l’éco-citoyenneté domestique

Le sort de l’environnement et ses dégradations multiples au cours des décennies passées est désormais une préoccupation majeure des pays industrialisés. L’attitude responsable qu’elle revendique et qu’elle attend des ses citoyens peut tenir en la formule d’éco-citoyenneté. Au même titre que le changement climatique, la biodiversité, les ressources, la santé et le cadre de vie, nous sommes amenés à nous sentir responsables de nous-mêmes au point de vue de l’environnement.
En effet, on croit souvent à tort que la défense de notre santé et notre environnement n’est pas de notre ressort, bien au contraire nous représentons une force considérable pour que demain ne soit plus jamais marqué par l’ignorance et le fatalisme. Forts de cette nouvelle demande, industriels et politiques devront forcément s’adapter pour satisfaire l’équilibre économique, social et environnemental auquel nous aspirons.
A ce titre, vous trouverez donc quelques gestes simples, responsables, efficaces et de surcroît économiques qui vous aideront à adopter une attitude éco-citoyenne et à contribuer au développement durable de nos sociétés, seule solution censée pour les générations en cours et à venir. Il nous revient donc dans un premier temps d’apprendre à trier nos déchets, puis à gérer les dépenses domestiques en eau, en électricité et en gaz. De fait, et contrairement à une idée reçue, l’électricité rejette du gaz carbonique. Même en France, où le nucléaire et les barrages, réputés sans gaz à effet de serre, fournissent 90 % de l’électricité. Si l’attitude de chacun pèse en effet lourdement dans la balance de l’éco-citoyenneté, c’est à l’échelon individuel que tout se décide.

Apprenez à gérer votre consommation – En premier lieu, le premier geste éco-citoyen consiste à éviter de gaspiller l’eau inutilement. Pour ce faire, vérifiez au préalable qu’aucun robinet ne fuit. Il faut savoir qu’un écoulement au goutte à goutte peut engendrer plus de 4 000 litres d’eau perdue par an. Vous pouvez aussi l’économiser en préférant les douches au bains. Elles sont d’emblée plus toniques et hygiéniques et représentent une consommation de 20 à 80 litres d’eau contre près de 200 pour le bain. Apprenez dans ce sens à gérer l’utilisation de votre lave-vaisselle, gourmand d’une vingtaine de litres pour les modèles les plus récents.
De la même façon, en prenant l’habitude de fermer le robinet pendant les trois minutes où l’on se lave les dents peut engendrer une économie allant jusqu’à 18 litres d’eau quotidiens. Il est également possible d’opter pour des systèmes de chasse d’eau à deux débits qui divise la consommation par deux ou d’équiper vos robinets de réducteurs de débits mitigeurs et aérateurs limitant significativement votre consommation, notamment en cas d’arrosage du jardin. Pensez encore qu’une partie de l’eau que vous utilisez et qui n’est pas souillée par des produits chimiques peut-être utilisée pour d’autres usages. En outre, les eaux pluviales peuvent être réutilisées à titre domestique.

Vers une meilleure gestion de l’électricité et du gaz – Selon l’ADEME, l’Agence de l’environne-ment et de la maîtrise de l’énergie, un radiateur électrique d’un kilowatt génère chaque heure 180 grammes de gaz carbonique dans l’atmosphère, l’équivalent de ce que crache une grosse berline pendant un kilomètre. C’est bien évidemment moins que le chauffage au gaz (230 g de CO2/kWh), au fioul (300 g/kWh) ou au charbon (395 g/kWh), qui concerne encore 100 000 foyers en France. Mais c’est beaucoup plus qu’une chaudière à bois (1) ou un réseau de chaleur urbaine alimenté par géothermie, dont les rejets sont nuls.
Pour commencer, pensez à gérer vos dépenses et consommations pour l’éclairage. Qu’il soit domestique, urbain, industriel ou tertiaire, il génère 100 grammes de CO2 par kWh consommé. Les usages résidentiels (cuisson, lavage et produits bruns) induisent 60 g/kWh, et les autres usages de base, dont les variations ne suivent pas le rythme des saisons, à peine 40 g/kWh. En outre, l’éclairage représentant en moyenne 15 % de la facture d’électricité, il est préférable d’en apprendre la gestion. Aussi, en préférant des ampoules à basse consommation d’énergie, qui éclairent autant qu’une 60 W pour une puissance de 11 W, avec une durée de vie multipliée par 6, vous ferez jusqu’à 80% d’économies. Les ampoules halogènes sont évidemment très gourmandes en énergie (de 25 à 50 fois plus que les lampes basse consommation). Apprenez également que les abats-jours absorbent 50 à 80 % de la lumière.
Pensez à éteindre les appareils électriques qui restent en veille. Cela représente une économie caractéristique de 70% de la consommation totale en électricité. Vous pouvez en outre tout à fait débrancher TV, radio, magnétoscope, chaîne HI-FI, ordinateurs. Vous pourriez ainsi économiser jusqu’à 1000 kWh/an. Evitez la climatisation qui contribue à de fortes consommations d’électricité (augmentation de 25% pour un deux pièces). Pensez aussi à dégivrer régulièrement le réfrigérateur et le congélateur sachant que 5 cm de glace multiplient par 3 la consommation d’électricité de l’appareil.
L’entretien régulier de la chaudière ou du chauffe-eau permet d’économiser 10 à 20% d’énergie. Tâchez aussi de maintenir une température ambiante inférieure à 19°C (chaque degré en dessous de cette limite permet une économie de chauffage de 7%) et optez pour une régulation automatique par thermostat qui peut faire diminuer la consommation de 25%. De toute évidence, renforcez en conséquence votre isolation.

Trier les déchets – Ne pas jeter dans l’égout ni les toilettes les médicaments périmés d’autant que les pharmaciens reprennent les anciens médicaments. Pareillement ne jeter pas vos piles dans la poubelles classique. Mettez-les de côté et déposez-les aux endroits prévus à cet effet (grandes surfaces, déchetteries). Les huiles de vidange ou les fonds de peinture sont réservés aux déchetteries. Notez qu’un 1 litre d’huile recouvre jusqu’à 1000 m2 d’étendue d’eau. Dans tous les cas, il est préférable d’utiliser tant que possible des peintures à l’eau (acryliques) car elles ne requièrent pas l’usage de solvants agressifs. Evitez aussi les déboucheurs liquides qui contiennent de la soude caustique polluante. Préférez la ventouse en caoutchouc, ou le nettoyage manuel du siphon engorgé, souvent plus efficace.
Compostez vos déchets verts. Récupérez les déchets alimentaires organiques (1/3 des déchets) afin de les transformer en compost pour le jardin. Vous pouvez vous procurer un composteur qui en quelques mois fera de vos déchets alimentaires du compost pour fertiliser votre jardin. Vous pouvez ainsi alimenter en humus d’autres parties de votre jardin sans apports extérieurs enrichis en engrais. C’est finalement le cycle naturel de la vie végétative qu’il faut conserver.
Utilisez des insecticides biologiques et prenez soin de vous renseigner sur la nocivité potentielle des insectes visés : certaines espèces sont présentes en grande quantité mais ne représentent aucun risque pour votre jardin. Les jardiniers en herbe sont aussi d’importants consommateurs de pesticides dont les caractéristiques souillent durablement notre santé. Ils sont ainsi responsables de 25% de la pollution des eaux de surfaces et des nappes souterraines. D’autre part, il existe des plantes répulsives (oeillets d’Inde, ciboulette, oignons, ail, basilic), des purins à base de végétaux ou d’eau savonneuse pour éloigner les insectes indésirables. Apprenez également que l’eau bouillante (2 litres pour 4 m²) est aussi efficace qu’un désherbant chimique.

Etre éco-citoyen suppose d’apprendre à maîtriser sa consommation en eau, en gaz et électricité mais encore à trier ses déchets. L’éco-citoyenneté repose encore sur l’adoption de toute une série de comportements nouveaux basés sur le respect de l’environnement et le partage des ressources.
Dans le domaine de la gestion de votre consommation en électricité, dans l’électroménager par exemple, il conviendra en outre d’acheter des appareils portant une étiquette européenne de classe énergétique au moins « A ». Ils sont plus économes et respectueux de l’environnement pour un prix souvent identique. Des appareils de type « A+ » font leur apparition depuis peu. Ils sont caractérisés par une réduction de la consommation et donc de la facture d’électricité de 20% par rapport à une classe A. De manière générale, il convient aussi d’éviter tant que possible le sèche-linge, qui n’a pas toujours son utilité et qui consomme deux fois plus d’électricité qu’un lave-linge.
Du point de vue alimentaire, mangez volontiers des produits de saison de façon à encourager la culture naturelle. Et évaluez vos besoins alimentaires avec justesse. Car en moyenne, 26% de notre nourriture finit à la poubelle et les fruits et les légumes, même dans le réfrigérateur, perdent vite leurs vitamines et se flétrissent. Gérez encore votre consommation de bouteilles d’eau, polluantes pour l’environnement, d’autant que l’eau courante en France est souvent d’excellente qualité. Enfin, évitez de consommer des produits provenant d’espèces menacées et de pêcheries mal gérées. Les ressources en poissons de mer sont de plus en plus surexploitées, atteignant des niveaux proches de l’épuisement. Préférez aussi des produits biologiques contenant de fait moins de pesticides.
Utiliser des lessives sans phosphates, vous éviterez ainsi la prolifération d’algues nuisibles à la vie aquatique. Choisissez des peintures avec l’écolabel français « NF Environnement ». Réutiliser ou refuser les sachets plastiques distribués en grande surface (18 milliards d’unités sont distribuées par an, 10 milliards ne sont pas recyclés), ils sont à l’origine d’une pollution affligeante : plus de 120 millions de sacs plastiques sont dispersés sur le littoral français. D’une manière générale, mettez un peu de conscience dans des actes apparemment anodins mais desquels ne découlent pas moins l’avenir tout entier de notre planète. Informez-vous, lisez, écoutez, fouinez et transmettez à vos proches l’essence des comportements éco-citoyens. Ainsi, vous travaillez pour l’avenir de la planète.

Cadeau

Action Web SARL fête ses 5 ans et à cette occasion Luc et Stéphane m’ont invité a cet événement
et ils m’ont demandé de faire savoir a mes Amis qu’ils offraient des cadeaux gratuits et des
remises très importantes sur leurs services et produits.

Je dois vous dire ça vaut vraiment le coup !

Si vous ne connaissez pas encore cette société, c’est vraiment le moment de la découvrir,
mais voici le lien de la page d’offre spéciale « Anniversaire Action Web Marketing »
( Attention cela ne va pas durer ) :

http://action-web-anniversaire.com

Ils nous ont préparé des cadeaux gratuits, des surprises et autres promotions spéciales,
c’est vraiment la fête et je vous conseille d’en profiter.
Il y a aussi un cadeau supplémentaire offert sur toutes les commandes passées pendant
la période de promotion spéciale Anniversaire…

Ne perdez pas de temps et venez chercher vos cadeaux ici :
http://action-web-anniversaire.com

ATTENTION, toutes ces remises et cadeaux ne vont pas durer.
Faites vite pour en profiter avant que l’offre spéciale « Anniversaire Action Web Marketing » ne
disparaisse.

Franchement ça vaut le coup d’aller voir.
Je ne vais pas vous retenir plus longtemps.
Si vous aimez les cadeaux faites comme moi, visitez cette page d’offres au plus vite :

http://action-web-anniversaire.com

Amicalement,
Dan

PS : Ne perdez pas de temps, faites le avant que l’offre ne se termine…

Anniversaire Action Web Marketing

Ecologie…

Économiser et préserver les ressources de notre planète en changeant notre façon de consommer.

J’ai été sidéré de savoir ce que représente la dépense de nos ressources personnelles au niveau de notre consommation.

Je vais écrire une série d’articles pour vous informer sur les moyens d’agir.

Voici quelques exemples qui démontrent l’urgence de changer notre façon de consommer pour économiser et préserver les ressources de notre planète. En 2011, il a été collecté 32 Millions de tonnes de déchets ménagers produits par les 63 Millions de Français. Soit environ 1050Kg par an et par habitant (Source Wikipedia).

Voici d’autres indications précieuses pour économiser et préserver les ressources terrestres.

L’automobile consomme 4 fois plus d’énergie par personne que les transports en commun.

Par ailleurs, un français jette en moyenne 16Kg de déchets d’équipement par an. Soit 1,7 Millions de tonnes.

Ce poids augmente chaque année de 3 à 5%.

Pour économiser et préserver les ressources de la planète, nous pourrions aussi agir sur la diminution de la consommation de papier.

En effet, au bureau, la consommation annuelle de papier est de 50Kgs par personne.

D’ici une dizaine d’années, la consommation mondiale de papier pourrait croître de 40%.

Sachant que 42% du bois exploité commercialement sert déjà à fabriquer du papier, je vous laisse imaginer ce que cela va représenter.

On peut constater deux faits qui n’aident pas à économiser et préserver les ressources.

Premier fait :

Sur les 2 milliards de cartouches d’encre pour imprimante vendues chaque année, seules 10% sont recyclées.

Deuxième fait :

Concernant les gobelets en plastique, qui servent pour les machines à café et fontaines à eau. Dans une société de 200 personnes, la consommation globale pour l’année serait de 100.000 gobelets !

Sachant que chaque jour une personne pourra consommer 1 gobelet d’eau, 1 gobelet de café par exemple. 1 seul de ces verres en plastique mettra de 100 à 1000 ans pour se dégrader dans la nature !!!

De votre côté quels sont les actes que vous pourriez poser pour réduire vos déchets et ainsi économiser et préserver les ressources de la planète?

Dan Philip

Le Plastique…

Pour faire suite au précédent article concernant les ressources et leur consommation, nous voici amené tout naturellement a parler d’une matière particulièrement polluante et qui va perturber nos sociétés pendant de nombreuses années, mais Comment s’en libérer ? 

 

Le plastique est une matière que l’on utilise depuis longtemps. Il sert aussi bien à fabriquer des tapis que des hublots d’avion. Ainsi, en un siècle et demi, les matières en plastique sont devenues un matériau universel. De ce fait, le processus pour se libérer du plastique n’est pas simple. Mais, comment peut-on s’en débarrasser? Voici certaines solutions de rechange :

 

Incinération

Fabriqué à partir de pétrole ou de gaz naturel, le plastique contient davantage d’énergie que d’autres déchets. Mais son incinération peut émettre des substances nocives.

 

Recyclage

C’est la meilleure solution pour éliminer le plastique. Mais le tri demande beaucoup de main-d’œuvre. Résultat : les Etats-Unis ne recyclent que 5% de leur plastique.

 

Dégradation programmée

Le plastique biodégradable, qui se décompose lorsqu’il est exposé à la lumière ou à l’air, est encore coûteux à fabriquer. Enterré dans une décharge, il peut persister pendant plusieurs décennies.

 

Substitution

Le papier contre le plastique ? Séduisant sous l’angle de la pollution, le passage du plastique au papier pose d’autres problèmes environnementaux. Une étude canadienne a ainsi montré une chose incroyable concernant la fabrication de gobelets en papier. Ces derniers consomment 36 fois plus d’électricité et 2 fois plus d’eau de refroidissement que celle des gobelets en polystyrène.

 

En conclusion, quelque soit les processus mis en place, le plus simple et le plus efficace est de réduire notre consommation. Egalement, utiliser dans la durée les produits manufacturés non jetables. Car le déchet le moins nuisible est celui qui n’est pas produit, ce qui n’est pas le cas pour le plastique…

 

Dan Philip